L’École Supérieure de Praxis Sociale au 8ème congrès de l’AIFRIS à Beyrouth

Chantal Mazaeff, directrice générale, et Jean Dumel, directeur du service d’investigation éducative et membre du bureau de Praxis ont participé au 8ème congrès international de l’ Association internationale de formation et de recherche en intervention sociale - AIFRIS - portant sur les « sociétés plurielles, travail social et vivre ensemble » , organisé par l’école sociale de l’université Saint Joseph à Beyrouth.

Le vivre ensemble dans les cultures occidentales

A ce titre ils ont présenté deux communications lors des ateliers :
Chatal Mazaeff sur «  L’accueil des mineurs non accompagnés : pratiques institutionnelles et postures professionnelles en protection de l’enfance traversées par la dimension culturelle du risque » et Jean Dumel sur « La médiation ethnoclinique au service de l’interculturel »

Près de 350 personnes (responsables de formation, chercheurs, personnes concernées) venues de nombreux pays (Suisse, Québec, Belgique, Espagne, Sénégal, Italie) ont pu assister à de riches séances plénières qui ont questionné le vivre ensemble dans nos sociétés occidentales. Les intervenants (Joseph Maïla, Serge Paugam, Fadia Kiwan) ont pris appui également sur l’exemple libanais dont la société plurale permet la cohabitation, lorsque les groupes représentants de diverses communautés, ne choisissent pas d’instrumentaliser le religieux à des fins de pouvoir comme cela a pu l’être dans le passé.

En parallèle à ces temps forts, différents partenaires locaux et internationaux ont été rencontrés, dont le soins infirmiers et intervention communautaire – SIDC – qui a accueilli un étudiant assistant de service social, en 1ère année, venu réaliser son stage dans cette O.N.G très impliquée dans la défense des droits des populations discriminées (personnes toxicomanes, porteurs du VIH, etc.)

La création artistique pour libérer la parole

Le colloque s’est conclu autour de la communication de Serge Paugam qui a présenté les travaux qu’il mène sur la notion d’attachement social avant l’intervention de jeunes membres d’un centre communautaire situé à Tripoli, au nord du Liban, qui ont magnifiquement mis en scène, dansé et chanté, les problématiques qu’ils rencontrent au quotidien, entre précarité, violence ordinaire, jeux des hommes politiques etc. Une confirmation de plus que la création artistique et le travail social peuvent ensemble rendre compte des questions sociales et donner la parole aux personnes qui sont confrontées à ces inégalités structurelles.
Le prochain congrès se déroulera en juillet 2021 à Bruxelles. Il sera centré sur la place et la participation des personnes concernées dans l’action sociale et la formation. Nous y serons !